Adherent-Invasive and Non-Invasive Escherichia coli Isolates Differ in Their Effects on Caenorhabditis elegans’ Lifespan

Microorganisms 2021, 9(9), 1823

Le pathotype Escherichia coli adhérent-invasif (AIEC) a été impliqué dans la pathogenèse des maladies inflammatoires de l’intestin en général et dans la maladie de Crohn (MC) en particulier. Les souches AIEC sont principalement caractérisées par leur capacité à adhérer aux cellules épithéliales intestinales et à les envahir. Cependant, les caractéristiques génétiques et phénotypiques des isolats d’AIEC varient considérablement en fonction de la clonalité de la souche, des facteurs de l’hôte et du microenvironnement intestinal. Il est donc essentiel d’identifier les déterminants de la pathogénicité des AIEC et de comprendre leur rôle dans le dysfonctionnement de la barrière épithéliale intestinale et l’inflammation. Nous avons pensé que le nématode du sol Caenorhabditis elegans (un modèle simple mais puissant d’interactions hôte-bactérie) pourrait être utilisé pour étudier la virulence des souches d’E. coli AIEC par rapport aux souches non AIEC. En effet, nous avons constaté que la colonisation de C. elegans (souche N2) par E. coli avait un impact sur la survie d’une manière spécifique à la souche. De plus, la capacité des souches AIEC à envahir les cellules in vitro était liée à la durée de vie médiane de C. elegans (souche PX627). Cependant, ni le caractère invasif intrinsèque d’E. coli (c’est-à-dire le fait pour une souche individuelle d’être caractérisée comme invasive ou non) ni les niveaux de virulence des AIEC (c’est-à-dire l’intensité de l’invasion, établie en % de l’inoculum infectieux) dans les cellules épithéliales intestinales n’ont été corrélés à la durée de vie de C. elegans dans l’essai de destruction. Néanmoins, la longévité des AIEC de C. elegans pourrait être un modèle pertinent pour le criblage de médicaments anti-adhésion et de probiotiques anti-invasifs.

Maria Beatriz de Sousa Figueiredo, Elizabeth Pradel, Fanny George, Séverine Mahieux, Isabelle Houcke, Muriel Pottier, Chantal Fradin, Christel Neut, Catherine Daniel, Antonino Bongiovanni, Benoît Foligné, and Marie Titécat

Cette entrée a été publiée dans paper. Sauvegarder le permalien.

Laisser un commentaire